PIERREM DIGITAL ARTIST

Logo Pierrem Digital Art

Made By Human
Les IA génératrices d’images et les NFT

Made By Human : les IA génératrices d’images et les NFT

Première partie - Les IA

Savoir d’où l’on vient ! Au début de l’informatique…
« Ah, mais c’est du photoshop ! »

Je suis un artiste qui est né en 1977, j’ai commencé par la peinture, puis je me suis dirigé vers la création numérique dans les années 2000. L’informatique nous offrait alors un logiciel merveilleux : Photoshop !
Durant de longues années, j’ai entendu cette phrase ridicule : « mais c’est du photoshop ! ». La phrase rédhibitoire et péremptoire dans la bouche des puristes de la photo argentique, qui laisser souvent jaillir leur haine au sujet de l’informatique et des logiciels de retouche. Encore aujourd’hui certains magazines ou festivals de la photo ont un dégout prononcé et bien ancré pour le photo-painting. Y voient-ils un concurrent à leur discipline ? Cette insupportable condescendance portée par la volonté d’humilier, d’écraser et de bannir des beaux-arts cet art comme un vulgaire effet spécial acquis sans effort artistique et sorti d’un gadget informatique.

Le photo-painting comme j’aime à appeler cette manière de créer, et un art à part entière qui nécessite un sens artistique accrue à qui veux faire des œuvres intéressantes et pertinentes. Comme tout art, tout le monde peut le pratiquer à sa manière et la patte de l’artiste, son authenticité est reconnaissable. C’est un outil comme un autre qui permet à l’artiste de s’exprimer.

En photo-painting, l’artiste maîtrise toutes les étapes de créations. Il réalise sa matière première : photo, dessin, peinture, … puis il l’utilise pour créer quelque chose de nouveau grâce à l’outil informatique. Il peut revendiquer ses droits d’auteurs sur toutes les étapes de création, de sa matière première jusqu’au rendu final.

L’ennui avec le photo-painting est qu’il est étroitement lié à l’informatique et ses outils. Ces derniers sont, comme nous le savons, en constante évolution. Aujourd’hui nous connaissons les IA – Intelligence Artificielle, qui s’installent de partout et surtout dans le monde de l’image, jusque dans les fameux logiciels de retouche. 

C’est ici que le problème se pose pour les artistes photo-painter tel que moi qui veulent revendiquer leurs droits d’auteurs à chaque étape de création. Ce que la machine fait à ma place, ne vient pas de moi, ce n’est pas mon authenticité. Pourrions-nous alors parler d’œuvres hybrides ?

(Une petite parenthèse nécessaire)
Cependant je ne veux pas parler en mal de toutes les IA. Evidement les IA pour faire la guerre ou pour faire du fric me rende malade. Mais les IA sont pour l’humanité une chance merveilleuse d’un point de vue médical et philanthropique, nous allons pouvoir trouver des remèdes à de graves maladies et tant d’autres choses bonnes pour l’humain. C’est pourquoi la question est difficile. La course aux IA est aujourd’hui la nouvelle guerre des puissants et une source de conflit géopolitique majeur.
(Fin de la parenthèse)

Nous appelons aujourd’hui les artistes qui composent des œuvres grâce aux IA des prompt artistes. Ils ont parfois de longs cheminements avant d’atteindre leurs rendus finals. Ils peuvent mettre beaucoup de temps à composer leur matière première, ensuite ils continuent leurs œuvres avec de la retouche et du photo-painting… Il faut comprendre que nombre d’artiste s’essayent à la création avec des IA et ils veulent défendre leur outil de travail, c’est compréhensible. Ce que nous devons éclaircir et la part de l’IA dans l’œuvre. C’est cette partie à laquelle l’artiste ne peut rattacher ses droits d’auteurs. Nous savons que sur le rendu final, un artiste prompteur ne peux prétendre à ces droits d’auteurs. À partir du moment où vous faîtes appel à une IA pour générer une partie de l’œuvre, des droits d’auteurs vous échappes, mais à qui appartiennent‘ils alors ? Je vais chercher dans l’article suivant à vous montrer comment tout cela à commencer. Nous verrons où se trouvent les banques d’images sources des IA génératrices d’images. Il s’agit là d’un pillage artistique à échelle mondiale. Nous pourrons nous poser la question de la légalité des process et de la légitimité des prompt artistes.

Si je n’utilise pas d’IA, je ne suis pas contre les artistes qui le font, chacun doit pouvoir s’exprimer avec les outils de son choix. Cependant j’avance l’idée qu’il faut nourrir les artistes, pas les algorithmes. Je reprends ici le message du très grand magazine d’art Beautiful Bizzare Magazine : “feed the artist, not the algorithm”

« En tant que champion des arts visuels, Beautiful Bizarre Magazine a pris la décision de ne pas soutenir l’art de l’IA. Nous avons beaucoup lu sur ce sujet et avons écouté les opinions de nombreux artistes à ce sujet. Nous pensons avoir pris la bonne décision pour soutenir notre communauté. AI Art prend les emplois d’artistes, de designers et d’illustrateurs humains et utilise leur travail sans leur consentement ni compensation pour créer ce qu’il appelle une « nouvelle œuvre ». Cela dévalorise également les années de pratique, la vision unique, les compétences et l’expérience pour lesquelles les artistes humains travaillent dur. »

Feed the artist, not the algorithm. Say no to AI generated art

Deuxième partie - Les NFT (Non-fungible Token)

Entre 2019 et 2022, je recevais beaucoup d’encouragement à passer mes œuvres en NFT, avec des smart contrats qui permettent un revenu passif en cryptomonnaies à chaque revente. Sur le papier, c’était effectivement très intéressant. Cependant un paramètre me paraissait douteux : le format d’image. Sur les fameuses plateformes dédiées à la revente des NFT en cryptomonnaie, le format demandé est la haute définition. Mettre sur internet et rendre son travail accessible à tout le monde en haute définition, c’est le perdre. Un autre point douteux était qu’un grand nombre d’influenceurs en cryptomonnaies vanté cette nouvelle méthode de vendre de l’art. Le message était que les artistes qui joueraient le jeu deviendrait millionnaires si ce n’est milliardaires dans les dix ans. C’est le message des escrocs, je ne vous apprends rien. Tout ceci m’a laissé suspicieux et j’ai décidé d’attendre et de voir comment ça allé évoluer. Si effectivement c’était une bonne affaire, il ne serait jamais trop tard pour m’y mettre.

J’avoue que le système et le concept de la blockchain m’avait séduit et je le trouvais assez révolutionnaire pour s’y intéresser. Un système décentralisé c’est la solution à tout piratage… Cependant, les transactions de cryptomonnaies ne m’ont jamais inspiré, et ce sont elles qui m’ont mis en état d’alerte et de méfiance.

Ce qu’il s’est passé : les IA génératrices d’images sont apparues courant 2022 et tout est devenu claire. Ces fameuses IA pour générées les images ont besoin d’une base de données, d’une banque d’images incroyable dans laquelle puiser des sources pour recomposer de nouvelles images à l’infini. La bonne qualité de la source était un facteur obligatoire. Des images en haute définition, renseignées avec des métadonnées … vous comprenez ? Les IA ont puisé dans les banques d’images haute définition des NFT.

Ce qui veux dire que le projet des IA génératrices d’images était déjà défini depuis longtemps. Dans quel but ? Nous faire accepter les IA progressivement ? Rendre les IA accessibles à tous et nous les rendre sympathique et indispensable ? Je ne sais pas… Les IA étaient alors encore sous silence mais dans le cahier des charges des concepteurs il fallait trouver un moyen de réaliser des banques d’images d’artistes et de photographes en haute définition afin de puiser dedans, ça c’est la réalité.

Les IA n’auraient pas rencontré autant de succès avec des compositions basse définition. Leurs qualités auraient été bien trop médiocres. Les NFT sont les banques d’images dans lesquelles piochent les IA pour générés leurs images, vidéos et audio. Donc, un artiste qui fait du prompt art utilise des images d’autres artistes qui ont posé leurs œuvres en NFT sur les plateformes dédiées. Ces artistes se sont fait avoir par les NFT, et défendre ses droits d’auteurs dans cette situation devient alors impossible, car leurs œuvres sont diluées et fusionnées à d’autres. Le seul moyen pour un artiste de protéger ses œuvres sur internet est la basse définition.

Le concept des NFT est un concept de geek basé sur l’obtention d’un soi-disant fichier originel. Ce qui ne repose sur aucune réalité. Le seul fichier originel qui existe est celui qui est créer par le logiciel, l’appareil photo, le scanner ou autre outil informatique. Ensuite tout n’est que copie. Tout n’est que copie en informatique. Quand on place un fichier sur internet on le copie, il ne s’efface pas de notre machine. De plus, tout le monde peut récupérer les images de tout le monde en haute définition… c’est absurde. Cette idée de posséder un fichier original comme œuvre d’art est ridicule car, si tout le monde peut posséder l’œuvre sans la payer, tout le monde peut l’imprimer et l’encadrer. L’œuvre perd toute légitimité, valeur et garantie de rareté. Ces plateformes piétinent les droits d’auteurs en donnant accès à des œuvres d’artistes en haute définition. Sans compter que les artistes payent cher, très cher leurs droits d’entré sur ces plateformes…

Posséder une œuvre d’artiste chez soi, imprimé, signé et numéroté par l’artiste lui-même, c’est ça la réalité ! une réalité tangible et palpable. Une garantie que seules les personnes qui ont acheté l’œuvre à l’artiste la possède. Seul l’artiste peut être garant de la valeur et de la rareté de son œuvre en respectant le droit français en art. L’artiste vends des tirages limités et numérotés sur des supports physiques réels. Il délivre des certificats d’authenticité, et non des smart contrats qui le font rêver à des revenus passifs.

Mes essais avec les IA

Et même si je ne suis pas favorable aux IA, il faut connaître son sujet. Je me suis donc amusé à tester les IA pour savoir de quoi je parle. Voici deux essais en autoportraits. Suite à cela je peux affirmer que les résultats échappent totalement à ma volonté artistique, je me suis laissé guider par la machine et son rendu.

Des tests avec les IA en autoportrait
Des tests avec les IA en autoportrait

Je ne prétends pas être dans la vérité absolue, c’est ici mon point de vue. Je serais heureux de pouvoir en débattre avec vous, alors pas d’hésitation ! laisser moi un message et parlons en ! À bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qualité d'impression

Nous travaillons avec des laboratoires photographiques professionnels basés en France. La qualité est optimale. Selon vos préférences, vous avez le choix avec plusieurs types de papiers et supports dédiés à la photographie artistique haut de gamme.

Sécurité de paiement

Le paiement en ligne est 100% sécurisé par des applications professionnelles bancaires. Ce sont les standards de la sécurité bancaire qui ont fait leurs preuves sur tous les sites de commerce renommés. Ce site permet des transactions bancaires totalement sécurisés.

Colis et livraison

Les colis sont adaptés aux œuvres pour permettre une totale sécurité des envois. Nous expédions nos œuvres en France, en Europe et à l’international avec le service Colissimo. Tous les envois sont garantis sans accrocs ou repris et échangés.